PrEsentation de l'association

Une association a été créée dans le but de réhabiliter le site de l'Ancienne Mine et d'éviter que ce passé minier ne tombe dans l'oubli. Elle date de 1991 et s'appelle l'ASAM (Association de Sauvegarde de l'Ancienne Mine). L'association compte plusieurs membres tous bénévoles.

Intérieur de l'espace muséal minier
Intérieur de l'espace muséal minier

L'association de Sauvegarde de l'Ancienne Mine (ASAM) propose, au bourg de Locmaria-Berrien, une exposition découverte de ce patrimoine à l'intérieur d'un Espace Muséal Minier (maison de la mine) éventuellement complété d'une visite sur le site.

 

PLAN D'ACCES

Situation géographique

L'Espace Muséal Minier est accessible par la D769A Huelgoat-Poullaouën, à la gare de Locmaria prendre la direction du bourg par la VC1 sur 1 Km.

Pour se rendre sur le site de l'ancienne mine à partir de l'Espace Muséal Minier :

  • Prendre la direction de la gare (1 Km)
  • Sur la D769A prendre la direction du Huelgoat sur 3,8 Km
  • Puis prendre à gauche le chemin de l'ancienne mine où se trouve à 800 m une table d'orientation indiquant les différentes curiosités.
  • Sinon à pied prendre le GR37 sur environ 2 Km en direction de Kerliou-Vraz.

Infos pratiques

Espace Muséal Minier Albert Le Guern de Locmaria-Berrien
Entrée de l'espace muséal minier
Saison 2016
Ouvert du 18 juin au 18 septembre
du mercredi au dimanche de 14h à 17h
pendant cette période, visite guidée maison + site le mercredi après-midi (départ à 14h)
ou sur rendez-vous pour les groupes toute l'année

Tarifs

  • Visite de l'Espace Muséal Minier : 3 € par personne
  • Visite de l'Espace Muséal Minier+site avec guide : 5 € par personne
Tarifs avec un Pass Offres Touristiques
  • Tarifs réduits

Bref historique

Cette mine, vraisemblablement exploitée du temps des Celtes (1er siècle avant notre ère), et ensuite par les Romains, fut très active au XVIème siècle, mais son âge d'or fut les XVIIIème-XIXème siècle (1750-1866). Les cadres étaient pratiquement tous étrangers, quelques Anglais au départ, mais surtout des Allemands, dont les compétences technologiques en développement et exploitation minière étaient alors reconnues en Europe. La main d'oeuvre non qualifiée était locale. Les anglais venaient du Pays de Galles et de Cornouailles, les allemands du Harz, Saxe et Bavière.

La Compagnie des mines de Basse Bretagne (1732), propriétaire de la concession, exploitait ce gisement et celui de Poullaouën situé à 7km à l'Est; elle employait, fin 1770, 1300 personnes sur les sites, et 400 à l'extérieur (transport du minerai, travail du bois en forêt pour les galeries et carbonisation pour les fourneaux des fonderies).

Vue de l'ancienne mine

C'était la plus grande mine du royaume. Arrêtée en 1866, l'exploitation fut reprise au XXème siècle, plusieurs fois, mais sans grand succès, et s'arrêta définitivement en 1934.